Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Efficacité énergétique
La ventilation
 
La concentration de contaminants et le taux d’humidité ont des origines diverses et peuvent avoir une incidence marquée sur la santé ainsi que sur la détérioration de l’enveloppe du bâtiment. La seule solution à ces problèmes est d’assurer une qualité d’air adéquate dans la maison. Pour ce faire, quatre stratégies peuvent être adoptées, idéalement toutes en même temps:

- Empêcher les contaminants extérieurs de pénétrer dans la maison.
- Éviter l’utilisation de matériaux polluants.
- Limiter les activités polluantes à des pièces spécifiques (fumoir, atelier, etc.).
- Filtrer l’air intérieur et diluer les polluants en améliorant la ventilation.

Certes, la ventilation naturelle peut permettre d’aérer adéquatement une maison unifamiliale existante, mais il est parfois nécessaire d’ajouter de la ventilation mécanique. Pour le savoir, vous devez comparer le taux de changement d’air naturel moyen du pire mois de la saison de chauffage (octobre), avec une cible à respecter. Un test d’infiltrométrie peut alors être nécessaire. Ce test pourrait également déterminer s’il y a des risques de refoulement des gaz de combustion dans la résidence. Si les résultats indiquent que la ventilation naturelle est insuffisante, vous devriez faire installer un système de ventilation mécanique.

Mais lequel choisirez-vous? Le tableau de la page 29 donne un aperçu des points à considérer avant d’opter pour un extracteur d’air, un échangeur d’air ou un ventilateur à récupération de chaleur.

Les besoins en air frais

Le tableau suivant vous aidera à calculer la capacité de l’appareil de ventilation qui convient à vos besoins.

Pièce

Apport d'air

Chambre principale

10 L/s (20 pi3/min)

Sous-sol non aménagé

10 L/s (20 pi3/min)

Autres pièces

5 L/s (10 pi3/min) chacune


Source: Ressources naturelles Canada

D’après ces données, une maison de 10 pièces (sous-sol non aménagé, salle de séjour, salle à manger, salle familiale, cuisine, deux salles de bains, une chambre à coucher principale et deux autres chambres à coucher) nécessiterait un appareil de ventilation d’une capacité nominale de 60 L/s (120 m3/min). Pour assurer une ventilation adéquate, la capacité de ventilation totale de l’appareil à haute vitesse doit se rapprocher de ce total.

Des appareils peu performants

Les ventilateurs statiques de type "turbine" et ceux de type "pagode" ne doivent servir qu’à ventiler le vide sous toit, et non les espaces habitables. En effet, comme ils ne fonctionnent que par la seule action du vent, ils sur-ventilent les maisons lorsqu’il vente beaucoup et, au contraire, ils les sous-ventilent quand c’est le calme plat.

Ces ventilateurs posent aussi une autre difficulté. Durant la saison froide, ils chassent de la maison de l’air qui a été préalablement chauffé et le remplacent par de l’air frais qu’il faut chauffer à son tour. D’un point de vue éconergétique, ce n’est pas très rentable.

Entretenez les VRC régulièrement

Les ventilateurs à récupération de chaleur (VRC) sont des appareils complexes qui nécessitent un entretien régulier. S’ils fonctionnent mal, ils peuvent devenir une source de pollution. Voici un tableau d’entretien en 11 points.

Opération Fréquence
1. Nettoyer ou remplacer les filtres à air de 1 à 3 mois*
2. Nettoyer les bouches et les grillages extérieurs de 1 à 3 mois*
3. Nettoyer le noyau de récupération tous les 6 mois
4. Nettoyer le drain et les bacs pour l'eau de condensation tous les 6 mois
5. Entretenir les ventilateurs de 3 à 6 mois
6. Nettoyer les grilles et inspecter les conduits tous les ans
7. Vérifier le système de dégivrage tous les ans
8. Entretien général (par un entrepreneur qualifié) tous les ans
9. Régler l'humidistat (par un entrepreneur qualifié) à chaque saison
10. Équilibrage de l’entrée d'air frais (par un entrepreneur qualifié) tous les ans
11. Équilibrage de la sortie d'air vicié (par un entrepreneur qualifié) tous les ans


*selon les conditions de l’environnement et les recommandations du fabricant
Source: Ressources naturelles Canada


Critères

Ventilation "naturelle" Ventilateurs extracteurs d’air Ventilateurs échangeurs d’air Ventilateurs à récupération de chaleur
Vieilles résidences peu étanches aux infiltrations d’air. Taux de ventilation naturelle de plus de 0,35 changement d’air par heure (CAH). Maisons existantes, rénovées ou pas. Pas de danger de refoulement des gaz de combustion. Taux de ventilation naturelle de moins de 0,35 CAH, mais de plus de 0,20 CAH. Maisons existantes, rénovées ou pas. Danger de refoulement des gaz de combustion. Taux de ventilation naturelle de moins de 0,35 CAH, mais de plus de 0,20 CAH. Ne conviennent pas aux systèmes de chauffage à air pulsé, à moins qu’ils soient équipés d’un récupérateur de chaleur. Maisons très étanches. Taux de ventilation naturelle de moins de 0,20 CAH.


Coût des équipements*

Ventilation "naturelle" Ventilateurs extracteurs d’air Ventilateurs échangeurs d’air Ventilateurs à récupération de chaleur
0 $ 250 $ de 750 $ à 1 500 $ de 1 000 $ à 4 000 $

*équipement seulement.

Caractéristiques


Ventilation "naturelle" Ventilateurs extracteurs d’air Ventilateurs échangeurs d’air Ventilateurs à récupération de chaleur
Ventilation par infiltration et exfiltration, ou ouverture des fenêtres. Les infiltrations augmentent avec la force du vent. Circulation d’air par effet de cheminée. L’augmentation de la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur accentue l’effet de cheminée. Créent une pression négative à l’intérieur de la résidence. Les ventilateurs de salle de bains peuvent être utilisés comme système d’extraction si leur indice de bruit est de moins de 1,5 sone (consultez la fiche descriptive de l’appareil). Gardent une pression équilibrée entre l’intérieur et l’extérieur, sauf au cours de l’utilisation des ventilateurs secondaires (hotte de cuisinière et ventilateur de salle de bains). Mélangent l’air frais avec une partie de l’air recirculé. Certains modèles sont équipés d’un bloc de récupération de chaleur. Ils doivent alors être munis d’un drain d’évacuation de l’eau de condensation. Gardent une pression équilibrée entre l’intérieur et l’extérieur, sauf au cours de l’utilisation des ventilateurs secondaires (hotte de cuisinière et ventilateur de salle de bains). S’il y a danger de refoule-ment des gaz, la hotte de cuisinière ne devrait pas avoir une capacité de plus 75 L/s (150 pi3/min). Le fait d’installer les grilles de retour dans les salles de bains permet de réduire les problèmes potentiels de refoulement. Nécessitent l’installation d’un drain d’évacuation de l’eau de condensation.


Avantages

Ventilation "naturelle" Ventilateurs extracteurs d’air Ventilateurs échangeurs d’air Ventilateurs à récupération de chaleur
Aucun coût d’achat et d’installation. Pas d’encombrement. Évacuation rapide des contaminants (ventilation secondaire). Bas coût (ventilation secondaire). Faciles à contrôler. Possibilité d’installer un dispositif de récupération de chaleur (coûteux). Possibilité de filtrer l’air frais et l’air ambiant. Recirculation de l’air ambiant. Possibilité de contrôler les débits d’air frais. Pas de refroidissement localisé. Possibilité de filtrer l’air frais. Contrôle des débits d’air frais. Pas de refroidissement localisé. Possibilité de faire recirculer l’air ambiant (fonction du contrôleur). Tempèrent l’air frais (diminution des coûts de chauffage de l’air frais).


Inconvénients

Ventilation "naturelle" Ventilateurs extracteurs d’air Ventilateurs échangeurs d’air Ventilateurs à récupération de chaleur
Pas de contrôle des débits d’air frais. L’air peut être contaminé au cours de son passage au travers de l’enveloppe de la maison. Impossibilité de faire recirculer et de filtrer l’air ambiant. Impossibilité de récupérer la chaleur évacuée. Très énergivore. L’air peut être contaminé au cours de son passage au travers de l’enveloppe de la maison. Possibilité de courant d’air descendant dans les systèmes de ventilation secondaire hors fonction et dans la cheminée des appareils de combustion. Pas de contrôle de la distribution de l’air frais. Pas de filtration de l’air frais. Les ventilateurs électriques consomment de l’énergie. En hiver, refroidissement localisé aux endroits où se font les infiltrations. Possibilité de condensation sur le cadre des fenêtres. Consomment de l’énergie. Le préchauffage ou le chauffage de l’air avant qu’il ne soit distribué dans la maison peut être nécessaire (certains modèles sont munis de blocs de récupération de chaleur). Consomment de l’énergie. Coût plus élevé. Prennent plus de place. Peuvent sur-ventiler et assécher l’air. Les systèmes à roue thermique assèchent moins l’air, car ils récupèrent une partie de l’humidité évacuée. Par contre, ils contaminent davantage l’air frais.



Méthode de contrôle


Ventilation "naturelle" Ventilateurs extracteurs d’air Ventilateurs échangeurs d’air Ventilateurs à récupération de chaleur
Ouverture des fenêtres au besoin. Fonctionnement à l’aide d’un interrupteur marche/arrêt pendant l’utilisation de la salle de bains ou de la cuisinière. Possibilité de les mettre en marche dès qu’on allume la lumière de la salle de bains. Possibilité d’utiliser une minuterie pour assurer une évacuation plus régulière des contaminants et de l’humidité. Possibilité d’utiliser un déshumidistat pour contrôler automatiquement le fonctionnement du ventilateur de la salle de bains. Fonctionnement en mode intermittent (échange d’air sur détection d’humidité, arrêt le reste du temps): bon en hiver si la maison est peu occupée et que peu de polluants sont générés. Fonctionnement en mode recirculation (échange d’air sur détection d’humidité, recirculation le reste du temps): uniformise la température de l’air dans la résidence. Fonctionnement en mode continu: bon pour de longues périodes d’occupation ou pour évacuer une grande quantité de polluants. Les appareils munis d’un bloc de récupération de chaleur devraient avoir un cycle de dégivrage. Fonctionnement à basse vitesse: assure une évacuation des polluants et un apport d’air frais continu; possibilité de fonctionnement à basse vitesse durant des périodes déterminées. Fonctionnement à haute vitesse: permet une évacuation plus rapide des contaminants pour répondre à une augmentation ponctuelle des contaminants. Ce mode de fonctionnement peut être déclenché manuellement, par un déshumidistat, une minuterie ou une sonde de détection de polluants. Recirculation à haute vitesse: homogénéise l’air ambiant afin de mieux le filtrer (pas d’échange avec l’extérieur). Doivent être munis d’un cycle de dégivrage.



* Source: Ressources naturelles Canada et Protèger vous

 

Ventilation P. Legeault & Fils inc.

160, Bélair, ST-Constant
Québec, J5A 2G6
Tél.:(450) 632-2879
Urgence:(514) 236-8060

Info@VentilationPLEGAULT.com

Licence R.B.Q.: 2212-6817-41


Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player